Lutèce

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
Statère d'or des Parisii
Plaque des arenes de Lutèce de 1951
Mur d'enceinte du forum de Lutèce
Le forum de Lutèce, maquette (Musée Carnavalet)
Thermes de Cluny Caldarium
Pilier des Nautes. Dédicace à Jupiter sous Tibère
Enceinte gallo-romaine, plaque rue de la Colombe

Lutèce, nom francisé de celui utilisé par les Romains, Lutetia ou encore Lucotetia, dont l'origine n'est pas connue, pour désigner la cité gauloise à l'origine de Paris, de la bataille de Lutèce en 52 av. J.-C. au début du 4e siècle ou Lutèce prend progressivement le nom de Paris, du nom des gaulois qui occupent le site, les Parisii.

La bataille de Lutèce

Lutèce avait peut-être de stratégique qu'elle était la porte d'accès au Lendit, la plaine situé entre le pas de la Chapelle et Saint-Denis[1]. Lutèce n'est pas citée avant que César en cause en 53 av. J.-C. lorsqu'il y réunit l'assemblée des chefs gaulois.

La bataille de Lutèce se déroule en 52 av. J.-C., d'un côté une coalition gauloise, dont 8000 Parisii, dirigée par Camulogène, de l'autre des légions romaines, dirigées par Titus Labienus, lieutenant de César.

Après de nombreuses péripéties entre les deux grands stratèges que sont Camulogène et Titus Labienus, les armées gauloises sont totalement défaites, le lieu de cette bataille finale reste sujet de discussions suivant les époques et fonction de la position de Lutèce, la thèse un peu officielle donne la bataille vers la plaine de Grenelle sur la rive gauche, une autre thèse, qui me semble plus réaliste, donne cette bataille du côté d'Auteuil sous la colline de Chaillot sur la rive droite, d'autres thèses s'éloignent vers la Bièvre, l'Orge ou l'Essonne.

Les localisations de Lutèce

Rive Gauche

La partie future de la Lutèce gallo-romaine, sur la rive gauche de la Seine, n'existait pas en 52 av. J.-C., donc rien sur la rive gauche.

La Cité

La version officielle place Lutèce sur l'île de la Cité, cette dernière, constituée de six ou sept îlots réunis au fil du temps, était alors un petit banc de sable, quelques hectares tout au plus, globalement inondable, au milieu d'un large fleuve, ce qui ne semble pas être l'endroit idéal pour construire une citée, un poste avancé qu'on peut atteindre depuis Lutèce, et contrôler le fleuve, sans doute. L'aspect plus ou moins actuel de l'île (quais, etc) datant de la période romaine. Les nombreuses fouilles réalisées sur l'île de la Cité ne donnent rien d'antérieur à la Lutèce gallo-romaine, ni fortification, ni niveau d'incendie, ni trace d'urbanisation, même si l'absence de preuve ne fait pas preuve, il semble bien que la Cité, tout comme la rive gauche, sont et restent une Lutèce gallo-romaine, en l'état actuel des fouilles (sous Haussmann entre autres).

Nanterre

Des vestiges dégagés à Nanterre, fouilles de 2013, indiquent qu'à cet emplacement se trouvait une grande cité gauloise dès le IVe siècle av. J.-C. Certains y voient Lutèce (et César mélange tout) ... cela semble contraire aux pratiques des romains, reconstruire une ville mais un peu plus loin ils savent faire, mais jamais en gardant le nom d'origine, on avait alors droit à un nouveau nom romain tout neuf, si le nom d'origine est gardé c'est qu'on est resté sur le site.

Rive droite

Mais revenons à César, il nous donne deux précisions importantes, Lutèce est sur une île de la Seine et est protégée par des marais, la Tutela, située sur la rive droite, entre la Seine actuelle et l'ancien bras nord de la Seine qui allait de Bercy à Chaillot et sur le tracé duquel on construira le grand égout. C'est d'ailleurs au bord de ce bras, sous les entrepôts de Bercy, qu'on trouve dans les années 1990 les pirogues de Bercy, qui datent de plusieurs milliers d'années avant Lutèce.

Au nord de la Cité on a (donc) bien une île, avec des monceaux protégés par des marais, et on avait en toute sécurité un accès facile à un des îlots de la future île de la cité. La relecture de la bataille de Lutèce avec Lutèce rive droite est une chose passionnante et rend les comportements et mouvements de nos deux stratèges cohérents. Ceci reste en l'état une hypothèse, aucune découverte ne venant l'étayer.

La Lutèce gallo-romaine

La Lutèce gallo-romaine est, elle, bien localisée, elle occupe une petite île (qui deviendra partie de la Cité) et la rive gauche, principalement la montagne Sainte-Geneviève, autour de deux axes principaux qui se coupent à angle droit : le cardo maximus (axe nord-sud, rue Saint-Jacques) et le decumanus (est-ouest, actuelle rue Soufflot ?), et quelques espaces sur la rive droite dont la butte Montmartre et les carrières du Louvre.

Bâtiments de la Lutèce gallo-romaine

Arènes de Lutèce et amphithéâtre

  • Les arènes de Lutèce, ou amphithéâtre, construites au Ier siècle, Haut Empire, visibles entre la rue des Boulangers au nord, la rue Linné à l'est, la rue des Arènes et la rue de Navarre au sud et la rue Monge à l'ouest, les arènes sont classées au titre des monuments Historiques[2]
    « Arènes de Lutèce, partie Nord découverte en 1869, partie Sud mise au jour en 1883-1885, l'ensemble restauré en 1917-1918 »

    — Inscription du fronton de l'entrée de la rue Monge

Forum

Palais

La basilique

Théâtre

  • Un théâtre était situé sous le lycée Saint-Louis, boulevard Saint-Michel, des murs ont été mis à jour en 1861, il est construit durant le Haut Empire

Thermes et aqueduc

  • Lutèce comprenait plusieurs thermes, du Haut Empire, les thermes du nord ou thermes de Cluny, dont une partie est encore subsistante, classée au titre des Monuments Historiques[6], les thermes de l'Est situés rue Saint-Jacques au niveau du collège de France et les thermes du Sud, vers la rue Gay-Lussac et à l'angle de la rue Le Goff
  • Les thermes gallo-romains découverts dans le centre ancien de Vanves, dans la campagne de Lutèce, étaient peut-être un sanctuaire aquatique suburbain de Lutèce[7]
  • L'aqueduc de Lutèce, du Haut Empire, alimentait en eau les thermes. En 1996 lors des travaux de la ZAC Alésia-Montsouris une section important de l'aqueduc gallo-romain, ainsi que de l'aqueduc Médicis, a été mise à jour, seulement une partie a été conservée[8] et est visible à proximité des rues de l'Empereur Valentinien et de l'Empereur Julien

Nécropoles

Autres

Carrière du Louvre

  • Vestiges d'une carrière d'extraction de limon, découverts à l'occasion de fouilles dans le Jardin du Carrousel, sur une surface d'un peu plus de 4 hectares, exploitée au début du Haut Empire, puis transformée vers le IIIe siècle en exploitation agricole[13]

Butte Montmartre

La aussi, si on suppose une présence gauloise plus ancienne, on a rien avant la Lutèce gallo-romaine, on trouve des mentions anciennes de ruines gallo-romaines, au XIXe siècle on découvre les fondations d'un Temple dont l'emplacement est aujourd'hui perdu, sans doute attribué à Mars, alors qu'un autre temple, vers le Sacré-Cœur et l'église de Montmartre aurait été dédié à Mercure[14]. Un édifice de type balnéaire était situé vers la source du But, à côté de l'ancien tracé de la rue de la Fontaine du But, vers le croisement de la rue Lamarck et de la rue Caulaincourt[14].

Annexes

Bibliographie

  • César, Jules, La Guerre des Gaules, traduction par G.Lamothe, Librairie Hathier, 1957
  • Anne Lombard-Jourdan, Montjoie et Saint-Denis ! Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de Saint-Denis, Paris, Presses du C.N.R.S., 1989

Voir aussi

Notes et références