Jean-Pierre Timbaud : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
m (orthographe)
m (relecture)
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
== Biographie ==
 
== Biographie ==
  
Ouvrier fondeur, militant communiste, secrétaire général de la C.G.T. des métaux, arrêté le 18 octobre 1940 par la police française pour tentative de reconstitution du P.C. dissout par le gouvernement français en 1939 en raison du pacte germano-soviétique, il est interné le 14 mai 1941 au camp de Choisel (Châteaubriant), livré aux allemands comme otage, fusillé en représailles à l'attentat du 20 octobre 1941 contre le feldkommandant Karl HOTZ.
+
Ouvrier fondeur, militant communiste, secrétaire général de la C.G.T. des métaux, arrêté le 18 octobre 1940 par la police française pour tentative de reconstitution du P.C. dissout par le gouvernement français en 1939 en raison du pacte germano-soviétique, il est interné le 14 mai 1941 au [[camp de Choisel]] (Châteaubriant), livré aux allemands comme otage, fusillé en représailles à l'attentat du 20 octobre 1941 contre le feldkommandant Karl HOTZ.
  
 
Ce [[résistant]] de la première heure s’illustre par son courage alors qu’il est fusillé aux côtés de [[Guy Môquet]] par les Allemands.
 
Ce [[résistant]] de la première heure s’illustre par son courage alors qu’il est fusillé aux côtés de [[Guy Môquet]] par les Allemands.

Version du 31 octobre 2015 à 21:48

Jean-Pierre Timbaud, né le 20 septembre 1904 à Bossavy de Payzac, mort le 22 octobre 1941 à Châteaubriant, est un syndicaliste français appartenant à la Confédération générale du travail.

Il est fusillé comme otage en représailles à l'attentat du 20 octobre 1941 contre le Feldkommandant Karl Hotz.

Biographie

Ouvrier fondeur, militant communiste, secrétaire général de la C.G.T. des métaux, arrêté le 18 octobre 1940 par la police française pour tentative de reconstitution du P.C. dissout par le gouvernement français en 1939 en raison du pacte germano-soviétique, il est interné le 14 mai 1941 au camp de Choisel (Châteaubriant), livré aux allemands comme otage, fusillé en représailles à l'attentat du 20 octobre 1941 contre le feldkommandant Karl HOTZ.

Ce résistant de la première heure s’illustre par son courage alors qu’il est fusillé aux côtés de Guy Môquet par les Allemands.

Relevés Mémorial

La rue Jean-Pierre Timbaud, voie du 11e arrondissement de Paris, lui rend également hommage.