Butte Bergeyre

La butte Bergeyre est devenue un micro-quartier du 19e arrondissement de Paris, Combat.

Sommaire

Description

Située à l'ouest du parc des Buttes Chaumont, entre l'avenue Simon Bolivar, l'avenue Mathurin Moreau et la rue Manin, la butte Bergeyre culmine à une centaine de mètres d'altitude.

C'est l'éperon occidental du massif rocheux nommé butte Chaumont, ou de Chaumont, devenue les Buttes Chaumont avec le creusement de carrières d'extraction de gypse et de pierres meulières puis les travaux de l'ingénieur Jean-Charles Alphand et de l'architecte paysagiste Jean-Pierre Barillet-Deschamps qui vont transformer le reste de la butte en buttes. Le percement de la rue Manin finira de détacher la butte Bergeyre des autres buttes.

Elle doit son nom, qui n'est en rien officiel, au stade Bergeyre, inauguré en août 1918 au sommet de la butte, en remplacement d'un parc de loisir nommé les Folles Buttes, et baptisé en hommage à Robert Bergeyre, joueur de rugby mort à vingt ans au début de la Première Guerre mondiale. Le stade est démoli en 1926 et après rachat des terrains par M. Pélissier le lotissement de la butte commence de suite.

Les voies qui parcourent cette butte sont les rues Georges Lardennois, Philippe Hecht, Barrelet de Ricou, Edgar Poë et Rémy de Gourmont. On y trouve également un jardin partagé au niveau du belvédère de la rue Georges Lardennois qui héberge un clos viticole.

La butte est accessible en véhicule uniquement par la rue Georges Lardennois, il existe également trois escaliers, l'escalier de la rue Michel Tagrine qui coupe la boucle principale de la rue Georges Lardennois, un autre qui relie l'extrémité sud-est de cette rue à l'avenue Simon Bolivar et le dernier qui relie la rue Manin à la rue Barrelet de Ricou. Depuis l'extrémité de la rue des Chaufourniers on pourrait en théorie gravir la butte jusqu'au belvédère à travers un jardin, ce flanc de colline est fermé aux promeneurs.

Moulins

Voir aussi

Notes et références