Projets scolaires Mémorial

De WikiGenWeb
Aller à : Navigation, rechercher

MémorialGenWeb - Projets scolaires

Sommaire

Comment avoir une démarche pédagogique ?

Comment faire prendre conscience de l'horreur des guerres et surtout comment humaniser les statistiques des livres d'Histoire?

Combien de millions de morts, de déportés...?

Ce ne sont que des chiffres sans valeurs sentimentales qui n'ont aucun sens pour l'enfant ou l'adolescent. L'intérêt de faire participer une classe ou une école au projet Mémorial est multiple :

Les 1ère et 2ème guerres mondiales sont au programme de la classe de 3ème. Mais il est aussi possible de traiter le sujet avec des écoles primaires lors des commémorations du 11 novembre, du 8 mai, du 6 juin, du 18 juin ...

Exemples de démarches au collège par disciplines

  • Technologie : en relevant les noms sur les monuments avec saisie informatique et photographie du monument. Usage d'internet, tableur-grapheur, création de pages web.
  • Histoire : en faisant un lien concret entre l'Histoire de France et l'Histoire de leur commune (ce qui reste difficile pour les villes nouvelles créées après la guerre). Le travail peut-être effectué en collaboration avec les archives communales et les sociétés du Souvenir français ou Anciens Combattants.
  • Français : en travaillant la poésie engagée au programme de la classe de 3ème, les lettres de poilus, à l'Ouest rien de nouveau, des extraits de Voyage au bout de la nuit, et toute la littérature autour de la guerre et de la résistance. Des lettres d'arrière-grands-parents pourraient être lues en classe.
  • Arts Plastiques : certains professeurs d'arts plastiques pourront y trouver matière à étudier l'architecture statutaire.
  • Education Musicale : l'étude des chants peut faire comprendre l'évolution des mentalités : la Marseillaise en opposition à la chanson de Craonne, Maréchal, nous voilà en opposition au Chant des partisans. Cela peut aussi être repris en étude de texte en Français.

C'est dans cet esprit que j'ai lancé pour la rentrée 2001/2002, ce travail sur Levallois-Perret (92) en collaboration avec les professeurs de Français et d'Histoire. Notre commune a perdu plus de 2000 hommes lors de la 1ère guerre mondiale et sa courbe de population chute de manière considérable dès 1928.

Nous avons aussi compris qui était Jean Jaurès et ce qu'il a tenté vainement de faire.

Démarches par type de commune

Voici quelques exemples de démarches que vous pouvez suivre :

Vous êtes enseignants dans une commune rurale

Les communes rurales ont gardé, parmi leurs occupants, les descendants des morts pour la France et le nom affiché sur le monument reste un lien familial concret ou peut le redevenir.

Quels sont les enfants qui savent où se trouve le monument aux morts ? Peuvent-ils le décrire ?

Allez avec eux au monument, lisez les noms à haute voix. Y a-t-il des patronymes portés par certains de vos élèves ? Quels sont leurs liens de parentés ? Cela pourra amener à une démarche généalogique familiale.

Relevez les noms, prénoms et toutes informations inscrites sur le monument. S'il y a autant d'enfants que de noms gravés chacun pourra écrire un nom ou plusieurs (selon le rapport noms/élèves) et en devenir le filleul le temps de la recherche.

Essayez alors de reconstituer les liens familiaux avec l'aide des parents et de la mairie...Les secrétaires de Mairie sont souvent très compétentes et très serviables.

Sinon passez par l'antenne locale des Anciens Combattants ou du Souvenir français.

Lorsque vous avez la liste complète des noms, faites le rapport nombre de tués par rapport au nombre d'habitants de la commune à la veille du conflit.

La mairie possède ces chiffres.

Les communes rurales ont perdu en 1914/1918 environ 10% de leur population (soit 30 % des hommes en âge de prendre les armes). Les grandes communes, même si la liste est beaucoup plus impressionnante ont perdu environ 4% de la population, soit 12 % des hommes valides.

Les décès du 2ème conflit mondial sont de l'ordre de 10% de ceux du 1er conflit, mais en plus apparaissent des civils, des femmes et des enfants.

Les décès en Indochine et Algérie sont plus sporadiques. Mais ils peuvent être un lien à l'Histoire de la décolonisation.

Quant aux monuments commémorant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870, ils sont assez rares et très localisés.

Après, si cela est possible, il est intéressant de voir combien de ces hommes étaient pères, leur âge, leur date de décès à comparer à l'histoire du conflit. Combien cela a fait d'orphelins. Combien étaient célibataires, et n'ont donc pas pu avoir d'enfants.

Vous êtes enseignants dans une commune citadine

Pour les communes citadines le lien familial avec le passé est quasi nul. Le brassage de population est tel que rares sont ceux dont les grands-parents ont pris part aux conflits passés dans leur commune de résidence. L'intérêt de faire travailler des élèves de grandes communes est de leur faire prendre conscience concrètement de ce qu'ont été ces désastres humains.

Vous pouvez reprendre le même type de démarche :

Quels sont les enfants qui savent où se trouve le monument aux morts ? Peuvent-ils le décrire ?
Allez avec eux au monument, lisez quelques noms à haute voix. Essayez de les compter.

Pour avoir la liste des morts, le mieux est de passer par les listes officielles en mairie. Les secrétaires de Mairie sont souvent très compétentes et très serviables. Mais la machine administrative est beaucoup plus lourde. Dans ma commune de 60 000 habitants, il m'a fallu 6 mois de tractations pour avoir copie de la liste (70 feuilles pour la guerre de 14/18).

Sinon passez par l'antenne locale des Anciens Combattants ou du Souvenir français, ils ont aussi en leur possession des copies des listes...Mais pas toujours. Dans ce cas, contactez les archives départementales.

Lorsque vous avez la liste complète des noms, faites le rapport nombre de tués par rapport au nombre d'habitants de la commune à la veille du conflit. La mairie possède ces chiffres.
Les communes rurales ont perdu en 1914/1918 environ 10% de leur population (soit 30 % des hommes en âge de prendre les armes). Les citadines, même si la liste est beaucoup plus impressionnante, ont perdu environ 4% de la population, soit 12 % des hommes valides. Les décès du 2ème conflit mondial sont de l'ordre de 10% de ceux du 1er conflit, mais en plus apparaissent des civils, des femmes et des enfants. Les décès en Indochine et Algérie sont plus sporadiques. Mais ils peuvent être un lien à l'Histoire de la décolonisation. Quant aux monuments commémorant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870, ils sont assez rares et très localisés.

Après, si cela est possible, il est intéressant de voir leur âge, leur date de décès. Classez tous ces décès par mois et années que vous pourrez comparer à l'évolution historique du conflit.

On s'aperçoit que beaucoup d'entre eux meurent dès le début du conflit, puis qu'il y a une accalmie avant de nouvelles hécatombes.

Vous êtes enseignants dans une ville nouvelle

Les villes nouvelles, à part quelques exceptions, ne sont pas sorties de nulle part. Elles ont englobé des hameaux ou de petites communes rurales.

C'est à ces communes que vous devez vous référer. La mairie ou les archives départementales doivent pouvoir vous renseigner.


Le lien avec les enfants issus de l'immigration

J'ai été étonné de voir que nos élèves issus de l'immigration étaient persuadés que ces guerres n'avaient touché que l'Europe. Cela est aussi dû au fait que rares sont les noms d'origine non européenne qui apparaissent sur nos monuments. Les colonies ont gravé leurs monuments sur place et les nombreux tirailleurs marocains, sénégalais, indochinois.... n'ont pas de plaques dans les communes de l'hexagone.

Parmi vos élèves qui repartent en vacances "au pays" demandez-leur de faire la démarche dans leur village d'origine. S'ils ne repartent pas, lancez une correspondance avec un parent de la famille pour qu'il vous envoie les informations ou mettez-vous en contact avec la mairie locale.

Etudiez le nombre de morts par origine, le "Quid" pourra vous être utile, pour ce type de statistiques. Ces enfants sont souvent d'un milieu où la tradition orale est encore forte, ils peuvent donc questionner leurs parents sur ce qu'ils savent. Ce récit rapporté en classe pourra être intéressant à exploiter.


Les cimetières militaires

Si sur votre commune un cimetière militaire a sa place, que les soldats soient français ou étrangers, vous pouvez aussi saisir leurs noms. Si vous avez affaire à un cimetière britannique, les stèles sont toutes gravées de l'emblème du régiment et surtout d'une épitaphe, que vous pouvez traduire.

Votre commune a été le lieu de combats :

Vous pouvez alors retracer avec l'aide d'historiens locaux les événements qui ont marqué le lieu et son Histoire. Si un champ de bataille est dans le voisinage de votre commune, allez-y, visitez-le et donnez vos sentiments. Rédigez-les et mettez-les en lignes sur le site de votre établissement.

Encore merci pour votre futur travail de mémoire. Beaucoup trop oublient par ignorance ou par négligence.

Faites que nos enfants n'oublient jamais !


Projets pédagogiques Mémorial



Eric Cancouët, professeur de Technologie au collège Jean Jaurès de Levallois-Perret (92)

Voir aussi la carte de France des projets pédagogiques liés à la généalogie ou à l'histoire proposés par les archives départementales ou communales sur FranceGenWeb Juniors

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
FranceGenWeb