Paul-Maximilien Landowski

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
Paul Landowski (1913)

Paul-Maximilien Landowski, né à Paris en 1875 et mort à Boulogne-Billancourt en 1961, est un sculpteur français.

Il est lauréat du prix de Rome en 1900 avec son David combattant.

Il reçoit la Croix de guerre 1914-1918 dans la Somme lors de la Première Guerre mondiale. Il réalise dans l'après-guerre de nombreux monuments aux morts.

Il a été nommé commandeur de la Légion d'honneur.

Les droits de cet artiste sont gérés par l'ADAGP.

Monuments réalisés

Le Pavois
Monument aux morts inauguré à Alger en novembre 1928 est l'oeuvre des sculpteurs Paul Landowski et Charles Bigonet avec les architectes : Maurice Gras et Edouard Monester (Réalisation: entreprise des frères Perret).
Les noms des 10 000 algérois de toutes origines morts pour la France ont d'abord été effacés puis le monument a été placé sous une chape de béton. Une maquette de ce monument est présenté au musée Paul Landowski à Boulogne-Billancourt (92).
Actuellement un autre monument occupe cet emplacement et symbolise la libération de l’Algérie (des mains qui se libèrent de menottes ou de chaines), il est assez probable que ce dernier monument, imposant bloc de béton, repose sur tout ou partie du premier.
Les Fantômes à Oulchy-le-Château (02)
1919-1935 (monument d'inspiration pacifiste), groupe en pierre constitué de sept soldats, et d'un jeune homme nu, hauts de 8 mètres, chaque soldat incarne une arme. Les 7 fantômes entourent et protègent le jeune homme nu. Situé sur la butte de Chalmont à Oulchy-le-Château dans l'Aisne. Devant ce groupe, une deuxième sculpture est une femme La France.
« Ces morts je les relèverai  » c'est la promesse de Paul Landowski en 1916, alors qu'il participe à la Première Guerre mondiale
Ce monument, propriété de l'État, est classé aux monuments historiques par un arrêté du 31 juillet 1934.
Monument aux enfants de Saint-Quentin (Aisne)
En collaboration avec le sculpteur Louis Henri Bouchard et l'architecte Paul Bigot (1927)
Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 à Gallargues-le-Montueux
Place de la Concorde, architecte Paul Chabert (1923) (autres : Jean Boissier sculpteur Elie Jarras entrepreneur et Louis Rigal Louis forgeron)
Le monument aux morts de la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de Bordeaux
Monument aux morts de Casablanca, rapatrié à Senlis
Relevé n° 36126
Monument à la gloire de l'armée française
1914-1918 à Paris (XVIe), Place du Trocadéro et du 11 Novembre, contre le mur du cimetière de Passy
Monument aux morts de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm à Paris
Figurant un nu masculin blessé brandissant une torche (le bras a été plusieurs fois cassé, volé et remplacé)
Le tombeau du maréchal Foch aux Invalides à Paris (75)
Monument aux morts d'Ault (80)
Près de l'église Saint-Pierre (1921) et la statue le poilu (1921)
Le 11 novembre 2009 une plaque commémorative de la vie et de l'œuvre du sculpteur a été posée à coté du monument
Relevé n° 8631
Monument aux morts de la Guerre de 1914 1918 à Bagneux
Rue de la Mairie (On y a ajouté par la suite la liste des déportés et morts de la guerre de 1939-1945, ceux des guerres d'Algérie, d'Indochine et de Corée) (1922)
Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
Boulogne-Billancourt (nouveau cimetière) (1924)
Monument aux morts de l'hôpital français de Buenos Aires
Inauguré en 1923
Relevé n° 54047

Annexes

Voir aussi

Liens externes


Devoir de mémoire et droit d'auteur, dura lex, sed lex
Ces œuvres ou les œuvres de cet artiste ou architecte, bien que faisant partie de la mémoire collective et placées sur la voie publique, ne sont pas dans le domaine public. Elles sont protégées par les réglementations internationales sur le droit d'auteur pour une durée minimale de 70 ans après la mort de l'auteur et la loi française ne permet aucune exception liée au devoir de mémoire. Merci de ne télécharger aucune représentation de ces œuvres, sauf si elles sont couvertes par la liberté de panorama, qui n'existe pas en France et ne concerne donc pas les monuments situés en France, ou avec l'autorisation de cet artiste ou architecte ou de ses ayants droit, ou encore si vous trouvez une photo avec une licence qui permet explicitement la publication (sur commons.wikimedia.org par exemple).