Nécropole nationale Chambière

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
Nécropole nationale
Chambière

L'entrée de la Nécropole
L'entrée de la Nécropole


Commune Metz
Département Moselle (57)
Surface (M2) 22.074
Relevé Mémorial Relevé n° 28341

Histoire

Le cimetière militaire de Metz-Chambière depuis le XVIe siècle par le Général (C.R.) Pierre Denis.

Dès le XVIe siècle et notamment lors des trois derniers grands conflits, l’importante garnison messine dut régler le problème de ses morts. La nécropole actuelle existe depuis 1870. Elle contient 5 014 tombes individuelles et 11 ossuaires regroupant 13 015 militaires et civils français, alliés (1.700 Russes, 103 Britanniques, 88 Italiens et 15 Belges) et Allemands.

Durant les trois siècles précédents, les inhumations se faisaient le plus souvent hors les murs, dans cette île Chambière isolée, terrain vague sujet aux inondations de la Moselle, vraisemblablement autour de la Cornue géline, métairie devenue hôpital puis blanchisserie militaire. Le futur maréchal de Belle-Isle fit construire en 1733 au Pontiffroy un hôpital moderne avec son champ funéraire. Mais en raison de l’exiguïté de ce dernier et des impératifs d’hygiène et d’urbanisme, il fallut inhumer, à partir de la Révolution, près de l’endroit initial.

Après le drame de 1870, les Allemands firent de Chambière leur cimetière de garnison, ouvert aux familles. N’ayant plus cette fonction après 1918, l’emplacement, dorénavant nécropole nationale, dut se réorganiser dans les murs et n’accueillir que des victimes de guerre.

Ce lieu de mémoire, trop méconnu, témoigne de quatre cent cinquante années de notre histoire, de l’évolution de notre armée, de notre cité et de sa garnison. Il ne devrait pas être oublié, notamment le grand mémorial des Dames de Metz de 1870 ainsi que les tombes de deux commandeurs français.

Cliquez sur une vignette pour l'agrandir

Monument commémoratif et tombe du général Razout

Monument commémoratif du général Razout
Sur la face avant du monument 

« Sous Lieutenant le 12 janvier 1792 au 51° depuis 27° rég. d'Inf. de ligne.
Lieutenant le 8 mars 1792, Capitaine le 13 Octobre 1796 - Fait Chef de bataillon sur le champ de bataille le 5 novembre 1797
Colonel le 1er novembre 1799 Titulaire de la 104e demi brigade le 3 juin 1801, du 94e Rég. d'Inf. de Ligne le 5 Oct. 1803
Général de Brigade le 14 Février 1807, Général de Division le 31 juillet 1811
Les champs de Novi, d'Austerlitz, d'Iéna, de Lubeck, d'Eylau, de Sarragosse, de Wagram, de Mojaisk et de Dresde
furent les principaux témoins des exploits et de gloire de ce guerrier dont la vaillance et le mérite firent seus l'avancement et la réputation. »

Sur le côté 

« Ici repose Louis Ns RAZOUT (Cte de) né à Paris le 8 mars 1772
Lieutenant Général des armées du roi, Grand Officier de l'ordre royal et militaire de St. Louis, Chevalier de l'ordre impérial de la Couronne de Fer d'Autriche
Décédé à Metz le 10 janvier 1820
Commandant la 3° Division Militaire
Époux de Dame Catherine Pierrette Sophie Formé »

Tombe du général Jean Marcel Robert Guitry

Jean Marcel Robert Guitry, général de corps d'armée, gouverneur militaire de Metz de 1934 à 1936. Rappelé en juin 1940 au commandement de la 10e région militaire (Rennes), il est chargé d'organiser le réduit breton.

Fait prisonnier à son P.C., il est envoyé en captivité en Allemagne, où il décède de maladie en 1941.

Cliquez sur une vignette pour l'agrandir

Carré militaire italien dans l'enceinte de la Nécropole Nationale

Le carré militaire italien a été inauguré le 29 mai 1927 en présence de notamment Jean Pierre JEAN Délégué Général à l’époque du Souvenir Français et le Général Hirschauer.

89 corps de soldats et officiers italiens faisant partie du IIe Corps d’Armée italien (41.000 hommes) commandé par le général ALBRICCI comprenant les 3e et 8e Divisions d’Infanterie comprenant les Brigades d’Infanterie de Naples, de Salerne, de Brescia, des Alpes, des Unités de cavalerie, du génie et des services d’artillerie qui combattront dès mai 1918 sur le front de la Marne[1].

« Ai militari Italiani morti per la Patria - la collettività italiana della Lorena »

Cliquez sur une vignette pour l'agrandir

Relevés MémorialGenWeb

Voir aussi

Sources

  • Photos Gérard Schutz

Notes et références

  1. Consulat Général d'Italie à Metz