Le Dit des rues de Paris

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
Début du Dit des rues de Paris de Guillot tiré de Dits, fabliaux et pièces diverses, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 24432

Le Dit des rues de Paris est un poème écrit par Guillot de Paris entre 1300 et 1310.

Le Dit des rues de Paris

Guillot de Paris ca 1280-1300

Ci commence le Dit des rues de Paris

Maint dit a fait de Roys, de conte
Guillot de Paris en son conte.
Les rues de Paris briement[1]
A mis en rime. Oiez comment[2].

Quartier d'Outre le Petit pont ou de l'Université

La rue de la Huchete à Paris
Premiere, dont pas n'a mespris[3].
Asés tost trouva Sacalie,
Et la petite Bouclerie,
Et la grant Bouclerie aprés,
Et Herondale tout enprés.
En la rue Pavee alé,
Où a maint visage halé[4].
La rue a l'Abé Saint-Denis
Siet[5] asés près de Saint-Denis[6].
De la Grant rue Saint-Germain
Des Prez
, si fait rue Cauvain,
Et puis la rue Saint-Andri.
Dehors mon chemin s'estendi
Jusques en la rue Poupee.
Adonc ai ma voie adrecee,
En la rue de la Barre vins,
Et en la rue à Poitevins,
En la rue de la Serpent.
De ce de riens ne me repent[7].
En la rue de la Platriere,
La maint[8] une Dame loudiere[9]
Qui maint chapel a fait de fueille[10].
Par la rue de Haute Feulle,
Ving en la rue de Champ-petit.
Et au desus est un petit[11]
La rue du Puon vraiement.
Je descendi tout belement[12]
Droit à la rue des Cordeles :
Dames i a[13], le descort[14] d'elles
Ne voudroie avoir nullement.
Je m'en alai tout simplement
Diluecques[15] au Palais de Termes[16]
Où il a celiers et citernes :
En cette rue a mainte court[17],
La rue aus Hoirs de Harecourt.
La rue Pierre Sarrazin
Où l'en essaie maint roncin[18]
Chascun an, comment c'on[19] le hape[20].
Contreval[21] rue de le Harpe
Ving en la rue Saint-Sevring,
Et tant fis c'au carrefour ving.
La Grant-Rue[22] trouvai briement.
De la entrai, premierement
Trouvai la rue As Escrivains[23].
De cheminer ne fu pas vains[24] :
En la petite ruelete
Saint-Sevrin
, mainte meschinnete[25]
S'i louent souvent et menu[26]
Et font batre[27] le trou velu
Des fesseriaus[28], que que nus die[29].
[30][31]
En la rue Erembourc de Brie
Alai, et en la rue o Fain[32].
De cheminer ne fu pas vain[24]:
Une femme vi batre lin[33].
Par la rue Saint-Mathelin,
En l'encloistre m'en retourné
Saint-Beneoit le bestourné.
En la rue as Hoirs de Sabonnes[23],
A deux portes belles et bonnes[34].
La rue a l'Abbé de Cligny
Et la rue au Seigneur d'Igny
Sont prés de la rue o Corbel[32].
Desus siet[5] la rue o Ponel[32]
E la rue a Cordiers aprez,
Qui des Jacopins siet[5] bien prez.
Encontre[35] est rue Saint-Estienne :
Que Diex[36] en sa grâce nous tiengne
Que de s'amour aions mantel[37].
Lors descendi en Fresmantel.
En la rue de l'Oseroie,
Ne sai comment je desvouroie[38]
Ce c'onques[39] nul jour ne voué
Ne à Pasques[40], ne a Noué[41][42].
En la rue de l'Ospital
Ving : une femme i despital[43]
Une autre femme folement
De sa parole moult vilment[44].
La rue de la Chaueterie
Trouvai, n'alai pas chiés Marie[45][46]
En rue Saint-Syphorien,
Où maingnent[8] li logipcien[47].
En prés est la rue du Moine
Et la rue au Duc de Bourgoingne.
Et la rue des Amandiers prez
Siet[5], en une autre rue enprez
Qui a non rue de Savoie.
Guillot de Paris tint sa voie
Droit en la rue Saint-Ylaire,
Où une Dame debonnaire
Maint[8], c'on[19] apele Giete Das[46].
En contre est la rue Judas,
Puis la rue du Petit-Four,
C'on[19] apelle le Petit-Four
Saint-Ylaire
et puis Clos-Burniau,
Ou l'en a rosti maint bruliau[48],
Et puis la rue du Noier,
Ou pluseurs Dames por louier[49]
Font souvent batre leur cartiers[50].
[31]
En prez est la rue a Plastriers.
Et parmi[51] la rue as Englais[23]
Ving a grant feste et a grant glais[52][53].
La rue a Lavendières tost
Trouvai. Prez d'iluec[15] assez tost
La rue qui est belle et grant
Sainte-Genevieve la grant,
Et la petite ruelete
De quoi l'un des bous chiet[54] sus l'etre,
Et l'autre bout si se raporte
Droit a la rue de la Porte
De Saint-Marcel
. Par Saint Copin[55],
En contre est la rue Clopin,
Et puis la rue Traversainne
Qui siet[5] en haut bien loins[56] de Sainne.
En prèz est la rue des Murs :
De cheminer ne fut pas mus[57].
Jusqu'à la rue Saint-Vitor,
Ne trouvai ne porc ne butor[58],
Mes femme qui autre conseille[59].
Puis truis[60] la rue de Verseille
Et puis la rue du Bon-Puis :
La maint[8] la femme a i[61] chapuis[62]
Qui de maint ho[63] a fait ses glais[52][64].
La rue Alexandre Lenglais
Et la Pavee-Goire[65],
La bui ge[66] de bon vin de beire[67].[65]
Et la rue Saint-Nicolas
Du Chardonnai
ne fu pas las.
En la rue de Bièvre vins :
Ilueques i petit[68] m'assis.
D'iluec[15] en la rue Perdue,
Ma voïe ne fu pas perdue.
Je m'en reving droit en la place
Maubert
, et bien trouvai la trace
D'iluec[15] en la rue a Trois-Porte
Dont l'une le chemin raporte
Droit a la rue de Gallande,
Ou il n'a ne forest[69] ne lande[70],
Et l'autre en la rue d'Aras,
Ou se nourrissent maint grant ras.
En prés est rue de l'Escole :
La demeure Dame Nicole[46].
En celle rue, ce me samble
Vent on et fain[71] et fuerre[72] ensamble.
Puis la rue Saint-Julïen
Qui nous gart[73] de mauvais lïen[74].
M'en reving en la Bucherie
Et puis en la Poissonnerie.

C'est verité que vous despont[75],
Les rues d'outre-Petit-Pont
Avons nommées toutes par non
Guillot qui de Paris ot nom :
Quatre-vingt par conte en y a,
Certes plus ne mains n'en y a.

En la Cité isnelement[76]
M'en ving aprés privéement.

Les rues de la Cité

La rue du Sablon par m'ame[77],
Puis rue Neuve Nostre Dame.
En près est la rue a Coulons.
D'iluec[15] ne fu pas mon Cuer[78] lons :
La ruele trouvai briement[1]
De Saint-Christofle, et ensement[79]
La rue du Parvis bien prés,
Et la rue du Cloistre aprés,
Et la Grant-rue Saint-Christofle.
Je vi, par le trelis[80] d'un cofre,
En la rue Saint-Père a Beus,
Oisïaus qui avoient piez beus[81],
Qui furent pris sus la marinne[82].
De la rue Sainte-Marine
En la rue Cocatris vins,
Ou l'en boit souvent de bons vins,
Dont maint homs[83] souvent se varie[84].
La rue de la Confrarie
Nostre-Dame
, et en Charoui
Bonne taverne achiez ovri[85].
La rue de la Pomme assez tost
Trouvai, et puis aprèz tantost
Ce fu la rue as Oubloiers[23][86].
La maint[8] Guillebert a braiés[46][87][88].
Marcé Palu, la Juerie,
Et puis la petite Orberie,
Qui en la Juerie siet[5],
Et me samble que l'autre chief
Descent droit en la rue a Feves
Par deça la maison o[32] Fevre[89],
La Kalendre et la Ganterie
Trouvai, et la grant Orberie,
Aprez, la Grant Bariszerie,
Et puis aprés, la Draperie
Trouvai et la Chaveterie.
Et la ruele Sainte-Crois,
Ou l'en chengle[90] souvent des cois[91],[92][93],
La rue Gervese Lorens,
Ou maintes Dames ygnorens
Y maingnent qui de leur quiterne[94].
Enprés rue de la Lanterne,
En la rue du Marmouset,
Trouvai i[61] homme qui mufet[95]
Une muse corne bellourde[96].
Par la rue de la Coulombe,
Alai droit o[32] port Saint-Landri[97] :
La demeure Guiart Andri[46].
Femmes qui vont tout le chevés[98]
Maingnent en rue du Chevés.
Saint-Landri
est de l'autre part,
La rue de l'Ymage départ[99].
La ruele, par saint Vincent[100],
En bout de la rue descent
De Glateingni, ou bonne gent
Maingnent et dames o[32] cors gent[101],
Qui aus hommes, si com moi semblent,
Volentiers charnelment[102] assamblent[103].
[31].
La rue Saint-Denis de la Chartre,
Ou pluseurs Dames en grant chartre[104][105]
Ont maint vis[106] en leur con[107] tenu[108],
Comment qu'ils soient contenu[109].
[31]
En ving en la Peleterie :
Mainte penne[110] i vi esterie[111].
En la faute du pont m'asis.
Certes il n'a que trente-sis
Rues contables en Cité,
Foi que doi benedicité.

Quartier d'Outre le Grand pont ou de la Ville

Par deça Grant-Pont erraument[112]
M'en ving, sachiez bien vraiement,
N'avoie alenas[113] ne poinson[114][115].
Premiere, la rue o Poisson[32],
La rue de la Saunerie
Trouvai, et la Mesgneiscerie,
L'Escole et rue Saint-Germain
A Couroiers
. Bien vint a main
Tantost la rue a Lavendières,
Ou il a maintes lavendières[116],
La rue a Moignes de Jenvau,
Porte a a mont[117] et porte a vau[118][119],
En prèz rue Jehan Lointier.
Là ne fu je pas trop lointier[120]
De la rue Bertin Porée.
Sanz faire nule eschaufourrée[121],
Ving en la rue Jehan l'Éveillier :
La demeure Perriaus Goullier[46].
La rue Guillaume Porée prés
Siet[5], et Maleparole emprés,
Ou demeure Jehan Asselin[46].
Parmi[51] le Perrin Gasselin
Et parmi[51] la Herengerie,
M'en ving en la Tableterie.
En la rue à Petis Soulers
De basenne
, tout fu souilliés[122]
D'esrer[123] ce ne[124] mie fortune.
Par la rue Sainte-Aportune,
Alai en la Charonnerie
Et puis en la Feronnerie.
Tantost trouvai la Mancherie
Et puis rue de la Cordoüanerie.
Prez demeure Henri Bourgaie
La rue Baudouin Prengaie
Qui de boire n'et pas lanier[125].
Par la rue Raoul l'Avenier
Alai o[32] siège à Descarcheeurs.
D'iluec[15] m'en alai tantost ciex[126]
Un tavernier en la viez place
A Pourciaus
. Bien trouvai ma trace,
Guillot qui point d'eur bon n'as[127].
Parmi[51] la rue à Bourdonnas,
Ving en la rue Thibaut a Dez.
Un hons[83] trouvai en ribaudez[128].
En la rue de Béthisi
Entré, ne fu pas éthisi[129].
Assez tost trouvai Tirechape.
N'ai garde que rue m'eschape,
Que je ne sache bien nommer
Par non, sanz nule mesnommer[130].
Sanz passer guichet ne postis[131],
En la rue o Quains de Pontis[32],
Fis un chapia[132] de violete.
La rue o Serf[32] et Gloriete
Et la rue de l'Arbre Sel,
Qui descent sus un biau[133] ruissel[134],
Trouvai, et puis Col de Bacon,
Ou l'en a trafarcié[135] maint con[136].[31]
Et puis le Fossé Saint-Germain,
Trou Bernart trouvai main à main[137].
Part ne compaigne[138] n'atendi,
Mon chemin a val s'estendi
Par le Saint-Esperit[139], de rue
Sus la rivière
en la Grant Rue,
Seigneur, de la porte du Louvre.
Dames y a gentes[101] et bonnes,
De leur denrées trop sont riche[140].
Droitement parmi[51] Osteriche,
Ving en la rue Saint-Honouré.
La trouvai ge mestre Huré[46],
Lés lui seant dames polies[141].
Parmi[51] la rue des poulies,
Ving en la rue Daveron :
Il y demeure un gentis hon[83][142].
Par la rue Jehan Tison
N'avoie talent de proier[143],
Mes, par la Crois de Tiroüer[144],
Ving en la rue de Neele,
N'avoie tabour ne vïele[145].
En la rue Raoul Menuicet,
Trouvai un homme qui mucet[146]
Une femme en terre[147] et en siet[148].
La rue des Estuves enprés siet[5].
Enprés est la rue du Four.
Lors entrai en un carefour,
Trouvai la rue des Escus.
Un homs[83] a granz ongles locus[149]
Demanda : « Guillot, que fés tu ? »
Droitement de Chastiau Festu
M'en ving à la rue a Prouvoires,
Ou il a maintes pennes vaires[150].
Mon cuer[78] si a bien ferme veue.
Par la rue de la Croiz Neuve
Ving en la rue Raoul Roissole,
N'avoie ne plais[151] ne sole[151].
La rue de Monmatre trouvé,
Il est bien seu et prové.
Ma voie fut délivre[152] et preste[153] :
Tout droit par la ruelle e Prestre[154],
Ving à la pointe Saint-Huitasse.
Droit et avant sui[155] ma trace
Jusques en la Tonnelerie.
Ne sui pas cil[156] qui trueve[157] lie[158],
Mais par devant la Halle au blé,
Ou l'en a mainte foiz lobé[159],
M'en ving en la Poisonnerie
Des Halles, et en la Formagerie.
Tantost trouvai la Ganterie,
A l'encontre[35] est la Lingerie.
La rue o Fevre[32] siet[5] bien prés,
Et la Cossonnerie aprés.
Et por moi miex garder des halles[160],
Par desouz les avans des halles,
Ving en la rue à Prescheeurs.
La bui[161] avec frères meneurs[162],
Dont je n'ai pas chiere marie[163].
Puis alai en la Chauverie,
Asez prés trouvai Maudestour
Et le carrefour de la Tour,
Où l'en giete mainte sentence[164]
En la maison Adan Sequence[165].
Le puis[166] le carrefour depart[99],
Jehan Pinche Clou[46] d'autre part
Demoura tout droit a l'encontre[35].
Or dirai sanz faire lonc conte[167].
La Petite Truanderie
Es rues des Halles s'alie.
La rue au Cingne, ce me samble,
Encontre Maudestour assamble
Droit à la Grant Truanderie.
Et Merderiau n'obli je mie,
Ne la petite ruelete
Jehan Bingne
, par saint Cler[168], surete[169].
Mon chemin ne fu pas trop rogue[170] :
En la rue Nicolas Arode
Alai, et puis en Mauconseil.
Une Dame vi sus un seil[171],
Qui moult se portoit noblement.
Je la saluai simplement,
Et elle moi, par saint Loÿs[172].
Par la rue Saint-Denis,
Ving en la rue As Ouës[23] droit.
Pris mon chemin et mon adroit
Droit en la rue Saint-Martin,
Où j'oï chanter en latin
De Nostre Dame[173] un si dous chans.
Par la rue des Petis Chans,
Alai droitement en Biaubourc,
Ne chassoie chievre ne bouc[174][175].
Puis truis[60] la rue a Jougleeurs :
C'on[19] ne me tiengne à jengleeurs[176].
De la rue Gieffroi l'Angevin
En la rue des Estuves vin,
Et en la rue Lingarière,
Là où l'en a mainte plastriere
D'archal mise en œuvre pour voir
Pluseurs gens pour leur vie avoir.
Et puis la rue Sendebours
La Trefilliére
a l'un des bous,
Et Quiquenpoit que j'ai moult chier[177],
La rue Auberi le Bouchier
Et puis la Conreerie aussi.
La rue Amauri de Roussi
Encontre Trousse-Vache chiet.
Que Diex[36] gart[73] qu'il ne nous meschiet[178].
Et la rue du Vin-le-Roy,
Dieu grâce ou n'a point de desroy[179].
En la Viez-Monnoie par sens
M'en ving aussi con par à sens[180],
Au desus d'iluec[15] un petit,
Trouvai le Grant et le Petit
Marivaux
. Si comme il me samble,
Li uns a l'autre bien s'asamble.
Au desous siet[5] la Hiaumerie,
Et asés près la Lormerie,
Et parmi[51] la Basennerie.
Ving en la rue Jehan le Conte
La Savonnerie en mon conte
Ai mise. Par la Pierre o Let[32]
Ving en la rue Jehan Pain Molet,
Puis truis[60] la rue des Arsis :
Sus un siege un petit m'assis
Pour ce que le repos fu bon.
Puis truis[60] les deux rues Saint Bon.
Lors ving en la Buffeterie :
Tantost trouvai la Lamperie
Et puis la rue de la Porte
Saint-Mesri
. Mon chemin s'aporte
Droit en la rue a Bouvetins.
Par la rue a Chavetiers tins
Ma voie en rue de l'Estable
Du Cloistre
, qui est honestable[181],
De saint Mesri, en Baillehoe,
Ou je trouvai plenté[182] de boé[183]
Et une rue de renon,
Rue neuve Saint-Mesri a non.
Tantost trouvai la Court Robert
De Paris
. Mes, par saint Lambert[184],
Rue Pierre o Lart[32] siet[5] prés,
Et puis la Bouclerie aprés.
Ne la rue n'oubli ge pas
Symon le Franc. Mon petit pas
Alai vers la Porte du Temple[185],
Pensis, ma main delez ma temple[186].
En la rue des Blans Mantiaus
Entrai, où je vis mainte piaus[187]
Metre en conroi[188], et blanche et noire.
Puis truis[60] la rue Perrenele
De Saint-Pol
, la rue du Plastre,
Ou maintes Dames leur emplastre[189]
A maint compaignon ont fait batre[27],
Ce me samble, pour eulz esbatre[190].
[31]
En près est la rue du Puis.
La rue à Singes aprés pris,
Contreval[21] la Bretonnerie
M'en ving plain de mirencolie[191],
Trouvai la rue des Jardins,
Où les Juÿs maintrent[8] jadis.
O[32] carrefour du Temple vins,
Où je bui plain henap[192] de vin,
Pour ce que moult grant soif avoie[193].
Adonc me remis à la voie :
La rue de l'Abbeie du Bec
Helouin
trouvai par abec[194].
M'en alai en la Verrerie,
Tout contre val[21] la Poterie.
Ving o[32] carefour Guillori :
Li un dit ho[195], l'autre hari[196],
Ne perdi pas mon essïen[197].
La ruelete Gencïen
Alai, ou maint[8] un biau[133] varlet[198],
Et puis la rue Andri Mallet.
Trouvai la rue du Martrai,
En une ruele tournai,
Qui de Saint-Jehan voie a porte[199]
En contre la rue à Deux Portes.
De la Viez Tiesseranderie,
Alai droit en l'Esculerie
Et en la rue de Chartron,
Où mainte dame en chartre[104] ont
Tenu maint vit, par saint Norier[200][201].
[31]
En la rue du Franc-Monrier
Alai et Vuiez Cimetiere
Saint-Jehan
meisme en ce tiere.
Trouvai tost la rue du Bours
Tibout
, et droit a l'un des bous,
La rue Anquetil-le-Faucheur :
La maint[8] un compains tenchëeur[202].
En la rue du Temple alai,
Isnelement[76] sanz nul delai.
En la rue au Roy-de-Sezille
Entrai, tantost trouvai Sedile[46] :
En la rue Renaut-le-Fevre
Maint[8] ou el vent et pois et feves[203].
En la rue de Pute-y-Muce,
M'en entrai en la maison Luce[46][204],
Qui maint[8] en rue de tyron,
Des Dames ymés[205] vous diron[206].
La rue de l'Escouffle est prés,
Et la rue des Rosiers prés,
Et la grant rue de la Porte
Baudeer
, si con[19] se comporte
M'en alai en rue Percié.
Une femme vi destrecie[207]
Pour soi pignier[208] qui me donna
De bon vin. Ma voie adonna
En la rue des Poulies-Saint-Pou,
Et au-desus d'iluec[15] un pou[209][210],
Trouvai la rue à Fauconniers,
Ou l'en trueve[157] bien por deniers[211],
Femmes por son cors[212] soulacier[213][214].
[31]
Parmi[51] la rue du figuier,
Et parmi[51] la rue à Nonnains
D'Iere
, vi chevaucher deux nains
Qui moult estaient esjoï[215].
Puis truis[60] la rue de Joÿ
Et la rue Forgier l'Anier.[216]
Je ving en la Mortelerie,
Où a mainte tainturerie.
La rue Ermeline-Boiliaue,
La rue Garnier desus l'Yaue
Trouvai, a ce mon cuer[78] s'atyre,
Puis la rue du Cimetire
Saint-Gervais
, et puis l'Ourmeciau.
Sanz passer fosse ne ruissiau[217],
Ne sanz passer planche ne pont[218],
La rue a Moines-de-Lonc-Pont
Trouvai, et rue Saint-Jehan
De Grève
, ou demeure Jouan[46],
Un homs[83] qui n'a pas veue saine.
Prés de la ruele de Saine,
En la rue Sus la Rivière,
Trouvai une fausse estrivière[219].
Si m'en reving tout droit en Greve,
Le chemin de riens ne me greve[220].
Tantost trouvai la Tanerie,
Et puis après la Vanerie,
La rue de la Coifferie,
Et puis aprés la Tacherie,
Et la rue aus Commanderesses,
Ou il a maintes tencheresses[221],
Qui ont maint homme pris o brai[222].
Par le Carefour de Mibrai,
En la rue Saint-Jacque et ou Porce,
M'en ving, n'avoie sac ne poce[223],
Puis alai en la Boucherie[224].
La rue de l'Escorcherie
Tournai. Parmi[51] la Triperie
M'en ving en la Poulaillerie
Car c'est la derreniere rue
Et si siet[5] droit sus la Grant-Rue[22].

Guillot si fait à tous savoir
Que, par deça Grant Pont, pour voir,
N'a que deus cent rues mains sis,
Et en la Cité, trente sis,
Outre Petit-Pont, quatre vingt,
Ce sont dis mains de seize vingt,
Dedenz les murs non pas dehors.
Les autres rues ai mis hors
De sa rime puisqu'il n'ont chief[225].
Ci vont faire de son Dit chief.

Guillot, qui a fait maint biaus dis,
Dit qu'il n'a que trois cent et dis
Rues à Paris vraiement.
Le dous Seigneur du firmament
Et sa trés douce chiere mere
Nous deffende de mort amere.

Explicit le Dit des Rues de Paris

Informations bibliographiques sur Le Dit des rues de Paris

Le Dit des rues de Paris, poème de 554 vers octosyllabiques à rimes plates, est écrit à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle (entre 1300 et 1310 d'après Edgar Mareuse) par un certain Guillot (ou Guiot), indéniablement lettré. Ce manuscrit, écrit en ancien français, a été publié pour la première fois en 1754, plus de 4 siècles après qu'il soit composé, par l'abbé Lebeuf, il a été revu et annoté en 1875 Edgar Mareuse, on trouve donc ici ou la des différences d'interprétations/traductions entre les différentes versions publiées. Ce dit des rues est à prendre comme un plan de Paris qu'on lirait en marchant. Enfin en 2012 le texte est revu par Catherine Nicolas, maître de conférence en Langue et Littérature du Moyen Âge à l'université Paul-Valéry de Montpellier[226].

Sources principales utilisées

Voir aussi

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Briement : court, rapide
  2. Oiez comment : écoutez comment
  3. Dont il ne peut y avoir de méprise
  4. Halé : Air sec et chaud qui brunit le teint, mais être mis au hale signifiait être accroché à la potence (Le Jargon et Jobelin: comprenant cinq ballades inédites d'après le manuscript de la Bibliothèque ... par François Villon , Auguste Charles Joseph Vitu), fait ici référence à une rue mal famée, peuplée de gibiers de potence, aux visages peu avenants
  5. 5,00, 5,01, 5,02, 5,03, 5,04, 5,05, 5,06, 5,07, 5,08, 5,09, 5,10 et 5,11 Siet : se trouve
  6. Collège et hôtel Saint-Denis situés au bout de la rue. Démolis lors du percement de la rue Dauphine
  7. Sans que je m'en repente
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3, 8,4, 8,5, 8,6, 8,7, 8,8 et 8,9 Maint, maintrent, mai(n)gnent : habite, habitent
  9. Loudiere, loudière, lodiere, femme de mauvaise vie, garce, prostituée
  10. Chapeaux de fleurs ou de verdure
  11. Et au desus est un petit : et un tout petit-peu au dessus
  12. Belement : de la façon qui convient, dans de bonnes conditions
  13. Dames i a : Il y a des dames
  14. Descort : désaccord, dispute
  15. 15,0, 15,1, 15,2, 15,3, 15,4, 15,5, 15,6 et 15,7 Iluec, iluecque : (de) là, (d') ici
  16. Fait référence au palais des Termes ou Thermes de Cluny et à la voie nommée alors rue du Palais des Termes
  17. Dans cette rue il y a de nombreuses cours
  18. Roncin : cheval
  19. 19,0, 19,1, 19,2, 19,3 et 19,4 Con : qu'on
  20. Hape : happer, prendre - Comment con le hape : de quelque façon qu'on le prenne
  21. 21,0, 21,1 et 21,2 Contreval : en descendant
  22. 22,0 et 22,1 Grant-Rue : utilisé une fois pour la rue Saint-Jacques et une fois pour la rue Saint-Denis
  23. 23,0, 23,1, 23,2, 23,3 et 23,4 As : aux
  24. 24,0 et 24,1 De cheminer ne fu pas vains : Je ne marchai pas en vain
  25. Meschinette : fillette, jeune fille, jeune servante, jeune maîtresse
  26. Souvent et menu ou menu et souvent : avec fréquence et rapidité, idée de petite durée et de répétition
  27. 27,0 et 27,1 Batre : employé dans un sens obscène pour faire l'acte vénérien - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.36)
  28. Fesseriaus : parties naturelles de l'homme Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du 9e au 15e siècle par Godefroy, Frédéric Eugène, 1826-1897; France. Ministère de l'éducation nationale; Godefroy, P. (P.769)
  29. Que que nus die : quoi que l'on dise
  30. Voici la traduction que propose Catherine Nicolas dans Le Dit des Rues de Paris, éd. et traduction, aux Éditions de Paris, 2012 « Dans la minuscule rue Saint-Séverin, une bande de fillettes louent volontiers et prestement leurs services et se font battre le trou velu à coup de verges, quoi qu'on en dise »
  31. 31,0, 31,1, 31,2, 31,3, 31,4, 31,5, 31,6 et 31,7 Les parties soulignées ne sont pas reproduites dans certaines éditions, au motif que « Les vers omis ici et en d'autres endroits ne contiennent que des descriptions de lieux qui étaient tolérés alors »
  32. 32,00, 32,01, 32,02, 32,03, 32,04, 32,05, 32,06, 32,07, 32,08, 32,09, 32,10, 32,11, 32,12, 32,13 et 32,14 O : au
  33. je vois une femme battant son linge
  34. La rue de la Sorbonne s'appelait, avant 1281, rue des Deux Portes
  35. 35,0, 35,1 et 35,2 Encontre : en face, à l'encontre
  36. 36,0 et 36,1 Diex : dieux
  37. De son amour soyons protégés, à l'abri
  38. Je ne sais comment je désavouerai
  39. C'onques : de manière que jamais, de façon à ce que jamais, jamais
  40. Pasques : Pâques
  41. Noué : Noël
  42. Ni à Pâque, ni à Noël
  43. Despitale : méprisable - Despitance : mépris
  44. Vilment : d'une manière vile
  45. Je n'allai pas chez Marie
  46. 46,00, 46,01, 46,02, 46,03, 46,04, 46,05, 46,06, 46,07, 46,08, 46,09, 46,10 et 46,11 Nom d'une personne
  47. Logipcien, ferait référence à un Égyptien diseur de bonne aventure
  48. Bruliau : fagot. L'expression rôtir le bruliau, ancêtre de rôtir le balai, renvoi au libertinage dans cette rue
  49. Louier : louer
  50. Cartier : employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la femme - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.308)
  51. 51,0, 51,1, 51,2, 51,3, 51,4, 51,5, 51,6, 51,7, 51,8 et 51,9 Parmi : au milieu de, à travers
  52. 52,0 et 52,1 Glais : tumulte, bruit mais aussi cri, glapissement ou plainte de plaisir
  53. A grant glais : avec grand bruit
  54. Chiet : tombe
  55. Saint Copin : le seul saint Copin que j'ai trouvé possède une statue dans l'église Saint-Martin d'Aulnoy-lez-Valenciennes, ce saint, qu'on vénère à Aulnoy, est l'objet d'un pèlerinage dans le but d'obtenir la guérison des enfants chétifs Bulletin de la Commission historique du département du Nord (P.110), je ne sais si Guillot fait référence à ce saint
  56. Bien au dessus
  57. Mus : fatigué
  58. Butor : homme grossier, stupide, buté
  59. Une femme qui en conseille une autre
  60. 60,0, 60,1, 60,2, 60,3, 60,4 et 60,5 Truis : trouver
  61. 61,0 et 61,1 I : un
  62. Chapuis : le charpentier et aussi le billot pour le supplice
  63. Ho : homme ou troupeau, avec Guillot je penche pour un troupeau d'hommes
  64. Cette ribaude a connu plus d'un homme, un troupeau entier, qui l'a fait crier de plaisir
  65. 65,0 et 65,1 La rime m'échappe
  66. Bui-ge : je bus
  67. Beire : qualifie sans doute le vin, provenance ou type ... pas trouvé à quoi cela fait référence
  68. Ilueques i petit : là un peu
  69. Forest : sorte d'arbre ou forêt
  70. où il n'y a ni forêt ni lande ... comme il n'y en a pas d'avantage dans les autres rues, il doit y avoir un jeu de mots, ou une expression, qui m'échappe
  71. Fain : foin
  72. Fuerre : paille, chaume mais aussi fourreau, dans cette rue on vend la couche et le fourreau qui va avec
  73. 73,0 et 73,1 Gart : garde, protège
  74. La corde de la potence
  75. Despondre : expiquer, exposer
  76. 76,0 et 76,1 Isnelement : rapidement
  77. Par m'ame : par mon âme
  78. 78,0, 78,1 et 78,2 Cuer : cœur
  79. Ensement : ainsi, de cette façon, tout comme, pareillement
  80. Trelis : treillis
  81. Piez beus : pieds raccourcis d'après Edgar Mareuse. Je penche plutôt pour pieds enchaînés - Buie, bue, beue, boie, boe : chaine, fers - Ces beues nos detienent les piez (S.Bern., Serm., Richel. 24768, f° 23 v°.)
  82. Marinne : bord de mer, marée
  83. 83,0, 83,1, 83,2, 83,3 et 83,4 Homs, hons, hon : homme
  84. Se varie : s'enivre
  85. Achiez ovri : assez ouvert, sans doute dans le sens ici d'entrer dans la taverne qui est ouverte
  86. Oublayer, oublier, oubloier, oubloiier, oubloyer, oubleer, obloier : fabrique et vend des oublies, sorte de pâtisserie très mince et très cassante, à laquelle on donne la forme d'un cornet (Lar. mén. 1926), pâtissier en général
  87. Brayer, Braier : Ceinture qui maintient les braies
  88. Guillebert a braiés : littérallement pourrait donner un truc du genre Guillebert-à-la-braguette
  89. Fevre : forgeron
  90. Chengle : sangle, cingler
  91. Cois : cuisses ?
  92. Présence de flagellans ?
  93. Catherine Nicolas donne ceci : dans cette rue il n'est pas rare qu'on se fasse serrer le cou, ce qui semble plus cohérent
  94. Quiterne ou plutôt guiterne : instrument à cordes pincées, utilisé pour accompagner les voix. Les filles de de cette rue mal famée n'attiraient sans doute pas les mouches au son de la guiterne, il faut sans doute y trouver un sens figuré
  95. Voir s'il ne faut pas lire qui muset (jouer de la musette)...
  96. L'abbé Lebeuf donne « un homme qui m'eût fait une espèce de cornemuse », je penche plutôt pour un homme qui jouait une espèce de cornemuse
  97. Peut faire référence au port Saint-Landry et/ou à la rue du Port Saint-Landry
  98. Qui battent le pavé le long du chevet de l'église en quelques sortes
  99. 99,0 et 99,1 Départ : sépare
  100. saint Vincent : correspond à plusieurs saints
  101. 101,0 et 101,1 Gent : gentil, aimable, joli, beau
  102. Charnelment : Selon la chair, par union charnelle, sexuellement
  103. Des femmes qui s'unissent charnellement avec des hommes
  104. 104,0 et 104,1 Chartre : prison, geole - Étre, ou tomber, en chartre : se alangourir, flaistrir, seicher, emmaigrir jusques aux os (Nicot)
  105. Ces dames ne sont sans doute plus toutes fraiches
  106. On trouve aussi vit dans certaines versions
  107. Con : mot grossier signifiant la nature de la femme - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.80)
  108. En gros ces dames ont tenu plus d'un vit en leur c..
  109. Avec ou sans les manières, n'importe comment
  110. Penne, panne : étoffe, manteau, tissu, fourrure (Fut crié parmy Paris que les ribauldes ne porteroient plus de sainctures d'argent, ne de collets renversez, ne pennes de gris en leurs robes. - Journal d'un bourgeois de Paris, an 1446, Michaud)
  111. Esterie : escroquerie - Edgar Mareuse donne historiée, chargée de dessins
  112. Erraument : promptement, en courant, avec impétuosité, aussitôt ...
  113. Alenas : petit poignard, dague
  114. Poinson : poinçon, pointe
  115. Guillot n'est pas armé
  116. Où il y a beaucoup de Lavandières
  117. À mont : en haut
  118. À vau : en bas
  119. Rue fermée par des portes à chaque bout
  120. Lointier : éloigné
  121. Sanz faire nule eschaufourrée : sans faire aucune mauvaise rencontre
  122. Je fus tout crotté
  123. D'esrer : d'errer, d'aller et venir
  124. Lire ce ne fut pas
  125. Lanier : paresseux
  126. Ciex : chez
  127. Guillot qui point d'eur bon n'as : Guillot qui n'a point de bonheur (Philologie Francaise ou dictionnaire etymologique, critique, historique ... Par Francois Joseph Noel,L ..... -J ..... -M ..... Carpentier (P.429)), qui n'a pas de pot
  128. Ribaudise : débauche, paillardise, luxure
  129. Ne fu pas éthisi : n'est pas tombé en éthisie (ou étisie), maladie qui dessèche et consume le corps
  130. Mesnommer : mal nommer
  131. Postis : poterne, arcade ou portique
  132. Chapia, chapiau : chapeau, couronne
  133. 133,0 et 133,1 Biau : beau
  134. Ruissel : ruisseau
  135. Trafarcier : vieux mot hors d'usage signifiant transpercer, employé dans un sens obscène pour faire l'acte vénérien - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.349)
  136. Où l'on a farci bien des cons
  137. Main à main : côte à côte (Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Frédéric Godefroy, 1880-1895)
  138. Compaigne : compagnonnage, compagnie
  139. Par le Saint-Esprit
  140. Des femmes généreusement dotées ou hors de ma bourse
  141. Des dames bien polies assises près de lui
  142. Gentis hon : gentilhomme
  143. Proier : prier ou piller
  144. Peut faire référence à la Crois de Tiroüer et/ou à la rue de la Crois de Tiroüer
  145. Sans tambour ni vielle
  146. Mucet : enfouir, ensevelir, enterrer
  147. Cet homme qui enterre une femme indique la présence d'un cimetière, sans doute le premier cimetière de l'église Saint-Eustache - Tableau Historique et Pittoresque de Paris Par J. B. de Saint-Victou (P.354)
  148. En siet : au ciel
  149. Ongles locus : ongles crasseux
  150. Pennes vaires : étoffes colorées, qu'on vendait dans la rue a Prouvoires
  151. 151,0 et 151,1 Sorte de poisson de mer
  152. Délivre : libre
  153. Preste : rapide
  154. e : au, du
  155. Sui : suivi
  156. Cil : celui
  157. 157,0 et 157,1 Trueve : trouve
  158. Lie : Ce qu'il y a de plus grossier dans quelque-chose
  159. Lobé : trompé, dupé ou moqué, ici fait référence aux escroqueries fréquentes
  160. Se garder des Halles et de son gibet
  161. La bui : là je bu
  162. Frères meneurs : frères Mineurs
  163. Dont je ne suis pas fâché, que je ne regrette pas
  164. Où l'on prononce de nombreuses sentences
  165. Pour Edgar Mareuse ce passage fait référence à Adan Séquence, chefcier de Saint-Merri en 1283, il est plus vraisemblable que cette maison était celle d'Adan Séquence, maire de Therouenne (Thérouanne, fief de) de Paris en 1308 et 1309
  166. Le puits dit Puits d'Amour était situé carrefour de la Tour, la rue de la Petite Truanderie a porté le nom de rue du Puits d'Amour
  167. Sanz faire lonc conte : sans faire un long récit, une longue naration, bref sans rentrer dans les détails
  168. Saint Cler : saint Clair, désigne plusieurs saints chrétiens
  169. Surete : sûreté, à l'abri du péril, ferait référence à une ruelete aventureuse où on a besoin de se protéger, ou à une ruelete un peu sure ...
  170. Rogue : dur, pénible
  171. Seil : seuil de porte
  172. Saint Loÿs : saint Louis, désigne plusieurs saints et bienheureux catholiques
  173. Désigne la Vierge Marie
  174. Sans chasser ni chèvre ni bouc
  175. Façon imagée de décrire la fréquentation de la rue ?
  176. Jengleeurs : médisant, railleur
  177. Que j'ai moult chier : cela m'en a coûté, donc qui m'est très chère
  178. Qu'il ne nous meschiet : qu'il ne nous arrive pas malheur
  179. Desroy : détour ou désarroi
  180. Par asens, par assens : de ma propre volonté, consentement, accord
  181. Honestable : honorable
  182. Plenté : abondance, multitude, grande quantité
  183. Boé : boue, fange des rues et des chemins mais aussi état bas et abject
  184. Saint Lambert : désigne plusieurs saints chrétiens
  185. Semble citer la porte mais aussi une voie que Mareuse nomme rue vers la Porte du Temple
  186. Pensif, ma main près de ma tempe
  187. Piaus : peaux
  188. Conroi : Façon que le corroyeur donne au cuir (Edgar Mareuse)
  189. Emplastre : employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la femme - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.127)
  190. Esbatre : se livrer à un divertissement où l'on se donne du mouvement
  191. Mirencolie : mélancolie
  192. Henap : mesure et récipient
  193. Parceque j'avais très grande soif
  194. Par abec : en commençant, en premier
  195. Ho : interjection, halte
  196. Hari : interjection d'encouragement, pour faire avancer
  197. Guillot n'a pas perdu la tête et garde son cap
  198. Varlet : jeune homme, en général de bonne origine
  199. Qui passe devant la porte de l'église Saint-Jean
  200. Saint Norier : ce saint n'existe pas
  201. Norier : nourrir
  202. Tencheeur : querelleur
  203. Sedile qui habite dans cette rue y vend ses pois et ses fèves
  204. J'entrai dans la maison de Luce
  205. Ymés : hymnes, cantiques mais aussi désormais, maintenant
  206. Désormais des dames pourront vous le dire
  207. Destrecie : embarrassé, en détresse
  208. Qui se peigne ou qui s'ajuste
  209. Un pou : un peu
  210. Et au-desus d'iluec un pou : un peu plus haut
  211. Deniers : le denier est une unité monétaire
  212. Cors : le corps
  213. Soulacier : divertir, égayer, distraire, apporter du plaisir sexuel
  214. Solacier : vieux mot hors d'usage signifiant se ré-jouir, employé dans un sens obscène pour faire l'acte vénérien - Glossaire érotique de la langue française depuis son origine jusqu'à nos jours - Auguste Scheler, 1861 (P.333)
  215. Esjoï : joyeux
  216. Il manque ici un vers dans le manuscrit
  217. Sans franchir ni fossé ni ruisseau
  218. Ni franchir planche ni pont
  219. Fausse estrivière : île, éperon de terre
  220. Grever : notion de charge, oppresser, gener, accabler ... ici le retour en place de Grève n'est vraiment pas un fardeau, c'est rien du tout pour Guillot
  221. Tencheresses : querelleuses
  222. O brai : à la pipée, ancien terme de chasse
  223. N'avoie sac ne poce : je n'avais ni sac ni poche
  224. On ne sait s'il fait référence à une rue de la Boucherie (qui desservait la Grande Boucherie) ou à la Grande Boucherie ...
  225. Une ruelle ou une rue sans chef est une impasse ou un cul de sac, elle est fermée par le fond
  226. Le Dit des Rues de Paris, éd. et traduction, aux Éditions de Paris, 2012



Voies actuelles de Paris
1er • 2e • 3e • 4e • 5e • 6e • 7e • 8e • 9e • 10e • 11e • 12e • 13e • 14e • 15e • 16e • 17e • 18e • 19e • 20e • Voies du bois de Boulogne • Voies du bois de Vincennes • Voies limitrophes
Allée • Arcades • Autoroute • Avenue • Balcon • Belvédère • Boulevard • Carrefour • Chaussée • Chemin • Cité • Cour et Cours • Esplanade • Galerie • Grande avenue • Hameau • Impasse • Parvis • Passage • Passerelle • Patio • Péristyle • Piste • Place • Pont • Port • Porte • Promenade • Quai • Rond-point • Route • Rue • Ruelle • Sente • Sentier • Square • Terrasse • Villa • Voie • Voie sans type de voie
Voies historiques de Paris
Rues de Paris et de ses faubourgs entre 1760 et 1771 : A B C D E F G H I J L M N O P Q R S T U V W Z • Rues de Paris avant l'an 1450 • Le Dit des rues de Paris ca 1300-1310
Barrières du mur des Fermiers généraux • Liste des voies créées sur les bastions de l'enceinte de Thiers • Liste de noms de lieux de Paris • Entrepôts de Bercy