Cimetière du Père-Lachaise

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
Vue du cimetière du Père-Lachaise (2003)
Vue du cimetière du Père-Lachaise (2003)
Liste de tombes célèbres affichée à l'entrée ouest du cimetière

Le cimetière du Père-Lachaise est le plus grand cimetière de Paris intra-muros, il est mondialement connu du fait des nombreuses personnes célèbres qui y sont enterrées, il est situé dans le 20e arrondissement de Paris, il donne son nom au 79e quartier de Paris[1].

Ce cimetière fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 24 juin 1993.

Histoire

Le domaine de Mont Louis, propriété des jésuites en 1760, était situé à l'est des murs de la Roquette et de la rue de la Folie Regnault. Le Pere de La Chaise, confesseur du roi, y vécu jusqu'à sa mort en 1709.

Après plusieurs changements de propriétaires, le domaine de Mont Louis (d'une surface de 17 hectares) sera vendu le 9 ventôse an XII pour 180 000 francs au préfet de la Seine, Nicolas Frochot, au nom de la ville de Paris, en vue de sa transformation en cimetière, la conception du cimetière est confiée à l'architecte Alexandre Théodore Brongniart en 1803, cela deviendra le cimetière de l'Est dit du Père Lachaise.

Anciennes appellations du lieu: Champ l'Évêque, le Mont aux Vignes, la Folie Regnault.

Un démarrage difficile

En 1804, année de son ouverture, le cimetière compte seulement quelques tombes et en 1815 moins de 2000[2], aussi en 1817, pour promouvoir le cimetière, la mairie de Paris organise le transfert des dépouilles d'Héloïse et Abélard, ainsi que celles présumées de Molière et de La Fontaine. Succès assuré, 33000 tombes en 1830[2] !

La chapelle du Père-Lachaise est terminée en 1823.

De 1824 à 1850 le cimetière fait l'objet de plusieurs agrandissements et passe de 17 hectares et 6 divisions à l'origine à 43 hectares[2] et 97 divisions.

Ossuaire

En 1953 est créé un ossuaire sous le cimetière du Père Lachaise, il regroupe les ossements anonymes de fosses communes, ainsi que les reprise de concessions perpétuelles et centenaires abandonnées, de 16 cimetières parisiens, Père Lachaise, Montmartre, Montparnasse, Belleville, Charonne, Bercy, La Villette, Batignolles, Saint-Vincent, Auteuil, Grenelle, Passy, Vaugirard, La Chapelle, Saint-Ouen et Bagneux. On y accède par le monument aux morts du cimetière.

Monuments commémoratifs

  • Monument aux morts du cimetière, avenue Principale, œuvre du peintre et sculpteur Bartholomé, classée aux monuments historiques depuis 1983[3] (Relevé n° 131484)
  • Monument commémoratif 1939-1945, En hommage aux femmes communistes qui ont donné leur vie pour la victoire de la liberté contre le nazisme, pour le triomphe de la paix. 8 mai 1975 : 30e anniversaire de la victoire sur l'hitlérisme, année internationale de la femme (Relevé n° 131486)
  • Monuments aux soldats étrangers morts pour la France, situés avenue des Combattants Étrangers Morts pour la France
  • Monument aux travailleurs municipaux de la Ville de Paris (1906), situé rond-point des Travailleurs Municipaux
  • Monuments à la mémoire des déportés victimes des camps de concentration et d'extermination[4], avenue Circulaire dans la 97e section
  • Un arrêté préfectoral de 1899 donne une concession gratuite aux victimes de l'incendie du 4 mai 1897 au Bazar de la Charité, un monument est élevé par la Ville de Paris « Aux victimes non reconnues de l’incendie du Bazar de la Charité - 4 mai 1897 » dans la 92e division

Voies du cimetière du Père-Lachaise

Le cimetière possède des avenues et des chemins ainsi que deux rond-points, ces voies ne sont pas reprises dans la nomenclature officielle des voies de Paris.

Voir aussi

Notes et références

  1. Paris 1er janvier 1860, passage de 12 à 20 arrondissements
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Cimetière du Père-Lachaise - A la découverte du cimetière du Père Lachaise sur http://equipement.paris.fr
  3. « Notice no PA00086780 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Monuments à la mémoire des déporté(e)s victimes des camps de concentration et d'extermination nazis