Camps d'internement et de déportation dans le Loiret : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
m (voir aussi)
m (catégorisation)
Ligne 47 : Ligne 47 :
  
 
{{DEFAULTSORT:Loiret}}
 
{{DEFAULTSORT:Loiret}}
[[Catégorie:LoiretGenWeb|Camps]]
+
 
 
[[Catégorie:Camp de concentration français]]
 
[[Catégorie:Camp de concentration français]]
 
[[Catégorie:Camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale]]
 
[[Catégorie:Camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale]]

Version du 23 mars 2011 à 15:10

LoiretGenWeb > Loiret, histoire > Les camps d'internement et de déportation dans le Loiret


Camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers

Beaune-la-Rolande, les baraques de prisonniers

Mai 1941, rafle du Billet Vert : 3700 Juifs de la région parisienne sont arrêtés, 1700 d’entre eux sont internés à Pithiviers, 2000 à Beaune-la-Rolande, ils vont y rester pendant plus d’un an.

En juin-juillet 1942, ils sont massivement déportés : 3 convois partent directement des deux camps vers Auschwitz : convoi 4 le 25 juin et convoi 6 le 17 juillet 1942 de Pithiviers, convoi 5 le 28 juin de Beaune-la-Rolande.

Juillet 1942, rafle du Vélodrome d'Hiver (rafle du Vel' d'Hiv), est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le régime de Vichy mobilise la police française pour participer à l'opération: à Paris, 9 000 policiers et gendarmes rafleront les Juifs. Le 17 juillet, en fin de journée, le nombre des arrestations dans Paris et la banlieue était de 13152, selon les chiffres de la préfecture de police, dont 7600 à 7800 seront acheminés vers les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers (les familles avec enfants, les adultes raflés sans enfants sont enfermés à Drancy).

Les familles internées à Beaune et Pithiviers seront déportées vers Auschwitz en juillet août et septembre. Les enfants seront maintenus dans les camps du Loiret avant d'être transférés à Drancy puis Auschwitz ou directement à Auschwitz.

Liens

Camp de Jargeau

Camp de Jargeau, lieu-dit du Clos-Ferbois : à partir de 1941 les autorités françaises vont sur ordre des nazis y interner Tziganes, gens du voyage et prostituées mais aussi résistants, réfractaires et personnes marginalisées. Le camp ne fut effectivement fermé qu'au mois de décembre 1945.

Liens

autres camps

  • Cepoy (centre de rassemblement des étrangers)
  • La Verrerie et Les Aydes à Fleury-les-Aubrais
  • Gondreville (centre de rassemblement des étrangers)
  • Mignères-Gondreville (centre de rassemblement des étrangers)
  • Montargis (centre de rassemblement des étrangers)
  • Saint-Jean-de-la-Ruelle (centre de rassemblement des étrangers)
Liens

Annexes

Voir aussi