Ce futur règle­ment européen por­terait sur les don­nées per­son­nel­les sur tou­tes leurs for­mes, infor­ma­ti­ques ou papier. S’il est évident que la réu­ti­li­sa­tion des infor­ma­tions per­son­nel­les à l’insu des citoyens et à des fins com­mercia­les, qui est lar­ge­ment faci­li­tée par les tech­ni­ques infor­ma­ti­ques, doit être com­bat­tue par tous les moyens, la des­truc­tion sys­té­ma­ti­que de ces don­nées ou leur ano­ny­mi­sa­tion pour éviter des déri­ves revient en revan­che à jeter le bébé avec l’eau du bain.

L'idée défendue par la commission européenne c'est le droit à l'oubli, le droit pour un individu de disparaitre des moteurs de recherche "à l'expression de sa volonté". Or les archives - quelles quelles soient - contiennent des informations personnelles qui compilées peuvent en dire long sur une personne. C'est d'ailleurs le but suivi par bien des généalogistes, en connaître plus sur leurs ancêtres, quelle a été leur histoire, quels ont été leurs quotidiens. Les illustrations d'Emmanuelle Visseaux à partir d'un testament en disent long sur ce qu'on peut faire pour découvrir le quotidien de ses ancêtres. L'idée de la commission est donc d'obliger les archives à anonymiser tous les documents dont elles disposent non seulement en ligne mais aussi en salle...

Avec une telle anonymisation, le généalogiste ne pourrait plus travailler (les actes étant réduits à aujourd'hui x du mois de x devant nous X officier de l'état-civil sont comparus Y et Z qui nous ont déclarés vouloir se prendre pour époux. Témoins U,V,W ayant signé ). La Fédération Française de Généalogie(FFG) sur son blog s'en est bien sûr déjà inquiété car le droit à publier votre généalogie serait également atteint. Vous pouvez aussi imaginer les cours d'histoire de demain : "en 1515 à Marignan le roi Z a battu les mercenaires x"

On peut analyser la situation de plusieurs manière mais je voudrais retenir votre attention sur deux points, D'une part cela consacre la priorité des "droits de l'individu" sur les "droits collectifs du peuple". C'est le triomphe de l'individualisme sur la société. D'autre part cela viendra aussi conforter le camp des partisans des lois mémorielles, où les députés figent l'histoire sur un point de vue unique ce qui avait été dénoncé entre autre par les historiens du site Herodote, puisque demain, une fois toutes les archives caviardées, censurées, détruites (prenez le terme qui vous plaira) aucune autre analyse des faits ne sera possible. C'est le triomphe de la pensée unique.