Je n'étais déjà pas un grand fan de la généalogie génétique car sa légalité en France ne me semble pas bien claire et ses dérives sont déjà là mais la publicité reçue ne m'a pas plus incité à franchir le pas.

Voici un extrait du texte reçu.

A l’aide de la généalogie par ADN (xxx.fr) vous trouvez des « cousins génétiques », c’est-à-dire des personnes avec qui vous avez des ancêtres en commun. Vous pouvez ensuite échanger des informations de votre arbre généalogique avec vos « cousins génétiques », ce qui vous permettra d’approfondir vos connaissances sur l’histoire de la famille. Il n’est PAS nécessaire de faire une comparaison d’échantillons des ancêtres

Un test d’ADN généalogique peut également être utile pour des généalogistes expérimentés. Contrairement aux documents, les informations génétiques ne contiennent pas d’erreurs. Les certificats de naissance, les procès-verbaux et d’autres documents utilisés pour les études généalogiques ne sont pas toujours corrects. Les guerres, les troubles politiques ou les catastrophes naturelles font que dans un grand nombre de cas ces documents n’existent plus. C’est justement dans ces cas-là que la généalogie par ADN peut être utile.

Récit de S. Moritz de la Basse-Saxe (Allemagne): Pendant 10 ans j’ai fait des recherches intensives sur l’histoire des ancêtres de ma famille, mais la recherche des documents ne m’a pas mené plus loin que 5 générations en arrière. Lorsqu’un ami m’a parlé de la généalogie par ADN, j’ai fait faire le test du chromosome Y pour 120 euros et j’ai trouvé par la banque de données d'xxx des personnes apparentées en Écosse dont je n’avais pas connaissance. En un mois j’ai appris que mon nom était à l’origine Morisson. La lignée des ancêtres du clan Morrisson peut être remontée jusqu’à l’époque des Vikings. Mon nom gaélique est McMathan (l’ours). Mon ancêtre est venu en Allemagne lors de la guerre de 30 ans en tant que soldat et s’y est marié. Son nom n’a pas été compris et a été transformé en Moritz.

Tout d'abord, des cousins génétiques j'étais persuadé en avoir déjà beaucoup vu que nous descendons quasiment tous de Charlemagne. Ce que la publicité ne dit pas c'est que la généalogie génétique est adapté pour l'instant aux lignes agnatiques et cognatiques et débute sur les frateries. Pour ce qui est de la ligne agnatique comme c'est la ligne patronymique il peut être assez facile de contacter les autres porteurs du nom, cousins potentiels, pas besoin d'un test ADN pour ça. Pour la ligne cognatique, ça commence à être plus intéressant mais la publicité ne s'attarde bizarrement pas sur ce point. Le dernier point du premier paragraphe m'annonçant que je n'ai pas besoin de fournir un échantillon d'ADN de mes ancêtres m'a bien fait rire, s'il fallait en plus gérer des exhumations pour faire des tests ADN, les cimetières seraient plein de généalogistes ...

Ensuite vient le petit paragraphe scientifique sur l'absence d'erreur de la génétéalogie et la possibilité d'erreur dans les documents... Ce qui n'est pas dit est que, bien qu'il y ait concordance entre données génétiques et résultats, d'autres étapes peuvent introduire des erreurs : corruption de l'échantillon, permutation d'échantillons, erreur dans la saisie des résultats, erreur dans la saisie du propriétaire de l'échantillon, erreur d'impression ou d'envoi des données... Bref malgré un protocole scientifique que je veux bien croire sérieux, il subsiste quelques risques d'erreurs faibles il est vrai, néanmoins aussi présents que les erreurs dans les actes.

Enfin le témoignage de la personne me laisse perplexe. Évidement le texte est tourné de manière à laisser entendre que tous les renseignements se trouvent dans l'ADN, alors qu'ils lui ont été donné par une personne en Écosse. La probabilité d'avoir une progression dans ses recherches généalogiques ne vaut que par la taille de la base de données de l'entreprise et le fait que des généalogistes avertis aient déjà envoyé leur échantillon. Dans les renseignements présentés il me semble curieux que l'on annonce que les ancêtres du clan peuvent être remontés jusqu'aux Vikings. Rappelons que les Vikings sont des explorateurs, commerçants et/ou pillards scandinave au cours de la période 793-1066. Lorsqu'on s'intéresse à la généalogie écossaise de plus près, on peut comprendre au travers de cet article de la BBC qu'il s'agit en fait uniquement de traces génétiques... Aucune lignée précise n'est donnée... Quant au soldat venu pendant la guerre de 30 ans, je me demande quelle est la part de certitude dans cette hypothèse....

En conclusion, je pense que l'avènement de la génétéalogie comme moyen de faire une généalogie n'est pas pour demain, en l'état actuel de la science. En effet si elle donne de grandes indication sur des origines, elle ne dit pas en combien de générations les choses se sont passées ni qui ont été les acteurs. Enfin si on se rapporte aux données scientifiques et non plus marketing de l'analyse ADN, un test génétique vous informe de la probabilité avec laquelle vous pouvez avoir un ancêtre en commun avec une personne du même profil et ce fonction du temps. Si par exemple vous avez 37 marqueurs sur 37 en commun avec une personne, votre dernier ancêtre en commun vivait ou vit avec une probabilité de 50% il y a moins de deux générations, et avec une probabilité de 95% il y a moins de sept générations.